Le mot de Sabine Wespieser

« Quand j’entre à La belle Aventure en tant que lectrice, j’ai le sentiment d’être respectée, de ne pas être considérée comme une simple consommatrice. Le problème est qu’aujourd’hui l’édition est avalée par l’industrie. Or la littérature, c’est aussi le lieu de la nécessité, c’est le lieu du risque et de la création. L’aventure de ce projet dit durée et interdépendance. Je trouve formidable que des lecteurs soient là pour rendre une librairie pérenne, je dis bravo. Rien n’est gagné, mais il faut essayer. »

Sabine Wespieser, éditrice  (extrait d’échanges du 9 juin 2018)